InterviewMembresMode - Luxe

Erica Nieminen de Clothèque, la "bibliothèque de mode en ligne"

Nous avons eu le plaisir d’échanger avec Erica Nieminen, qui en 2018 a lancé avec une collègue norvégienne Clothèque, sa première entreprise en France. Elle nous parle de l’idée derrière cette « bibliothèque de mode en ligne » et partage ses réflexions sur la mode durable.

Erica, racontez-nous tout d’abord votre parcours et ce qui vous a amenée en France.

Je suis une ancienne nageuse de compétition de la ville de Vaasa en Finlande. Mon parcours m’a d’abord amenée aux Etats-Unis pour poursuivre une carrière en natation et compléter une double licence en Commerce & Management International.

J’ai toujours eu un faible pour la France, sa langue, sa culture… et bien évidemment Paris. Je savais que je voudrais y habiter un jour. Une fois mes études terminées aux Etats-Unis, j’ai donc candidaté pour un master en Stratégie Internationale & Intelligence Compétitive au sein de SKEMA Business School. Je me suis très vite sentie chez moi à Paris, d’où la décision d’y rester pour travailler dans le commerce électronique et le conseil digital pour les ventes ainsi que le secteur des spiritueux de luxe après la fin de mes études.

Comment est née votre entreprise Clothèque ?

Je suis quelqu’un de passionnée de nature. La mode, l’entrepreneuriat et la durabilité figurent parmi les sujets qui me tiennent particulièrement à cœur. Ma première entreprise était une camion restaurant que j’ai ouverte à Vaasa avec une amie de natation quand j’étais étudiante.

Le simple concept d’emprunter une robe pourrait résoudre un problème bien plus important.

L’histoire de Clothèque a débuté d’une conversation que j’ai eu avec Oda Odland Nordstom, la co-fondatrice norvégienne de Clothèque. En été 2017, Oda était invitée à cinq fêtes de mariage, mais elle n’avait « rien à se mettre ». Elle n’a pas voulu dépenser sur cinq robes neuves qu’elle ne porterait qu’une fois. Acheter des pièces à bas coût d’une mauvaise qualité, des pièces qu’elle serait obligée de jeter après un lavage, n’était pas non plus une option. J’ai proposé à Oda de lui prêter l’une de mes robes à moi – et tout d’un coup nous nous sommes rendu compte que le simple concept d’emprunter une robe pourrait résoudre un problème bien plus important. L’idée de Clothèque était née.

Toutes les deux venant de pays nordiques, nous sommes bien évidemment passionnées par le simple luxe et le design fonctionnel typiques pour la mode scandinave qu’adorent les parisiennes. Chez Clothèque, nous voulons nous distinguer des autres entreprises de location de vêtements, raconter notre histoire et communiquer nos valeurs et notre style en offrant exclusivement des pièces provenant des marques et des créateurs nordiques dans notre sélection. Ainsi, notre objectif est aussi de mettre en avant les designers et marques nordiques ici à Paris.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore Clothèque, pouvez-vous résumer le mode d’emploi de cette « bibliothèque de mode » ?

Clothèque est une plateforme de location de mode scandinave en ligne. Imaginez une penderie virtuelle où vous pouvez sélectionner les pièces dont vous avez envie, les louer et les porter aussi longtemps que vous voulez. Quand vous voulez de changer de look, il suffit tout simplement de retourner la pièce que vous ne souhaitez plus mettre et louer autre chose. Voilà la mode circulaire en action !

La livraison, le retour et le pressing sont inclus dans le prix de la location. Il y a deux différentes façons d’utiliser le service :

  1. La location unique vous permettra de louer une pièce pour la durée d’une semaine – par exemple quand il vous faut une robe ou un sac de marque pour une grande occasion.
  2. L’abonnement vous permettra d’emprunter 2-3 pièces par mois pour un frais mensuel. Vous pouvez échanger ces pièces une fois par mois ou porter les mêmes pièces jusqu’à 6 mois si vous avez un coup de cœur.

Que signifie pour vous d’être entrepreneur et finlandaise en France ?

J’ai toujours été très fière de venir de Finlande. Je trouve aussi que ma mentalité finlandaise, rationnelle et pragmatique, m’a beaucoup aidée tout au long de mon parcours d’entrepreneur. Pour moi, être finlandaise signifie d’être concrète, de viser constamment vers l’avant, d’avoir un état d’esprit de résolution de problèmes, et de simplifier les choses dans la mesure de possible.

Je pense également que mes racines finlandaises constituent la fondation de ma perspective sur le monde, de l’art de demeurer humble et respectueuse tout en étant déterminée et ayant le courage de poursuivre mes rêves et objectifs. Le réseau nordique à Paris a aussi été d’une grande inspiration et aide pour moi sur le plan personnel ainsi que professionnel.

Quelles sont vos réflexions sur le développement durable dans le secteur de la mode ?  

Cela est bien entendu un sujet qui m’importe beaucoup pour plusieurs raisons. Nous avons déjà fait de grands progrès à sensibiliser le grand public, les institutions et les designers. En même temps, on se perd facilement dans la terminologie. Qu’est-ce que la mode durable ? Est-ce de la « Slow Fashion », de la mode éthique, ou encore de la mode éco-responsable ? Si l’on veut s’habiller d’une manière durable, faut-il arrêter d’acheter des vêtements neufs ? A ce jour, il n’existe aucune définition officielle de la mode durable.

La mode, c’est tout dans l’expression de soi. C’est fun, et cela devrait toujours être le cas, mais d’une manière intelligente. Il y a plusieurs façons d’être écolo, tout en restant tendance et s’habillant pour son propre gout. Parmi les solutions figurent la location, la réparation, acheter de la seconde main, acheter moins mais d’une meilleure qualité et penser à la valeur par fois portée des pièces que vous achetez. Il faut avancer un pied à la fois. Ensemble, nous créons l’avenir à travers une révolution de mode.

Les trois astuces d’Erica pour une garde-robe durable :

  1. Investissez dans des basiques de qualité – ils constituent la fondation de votre style de tous les jours. Considérez la location pour pimenter votre garde-robe et suivre les dernières tendances.
  2. Pensez à vendre les pièces que vous ne portez plus et qui prennent de la place dans votre dressing. En règle générale, si vous ne vous mettez pas une pièce depuis 12 mois, revendez-la ! Elle pourra continuer sa vie avec quelqu’un d’autre.
  3. Lisez attentivement les étiquettes des pièces achetées. En général, moins les matières utilisées sont nombreuses dans le tissu (plus pure la composition de la fabrique), plus longue sera la vie du vêtement et plus facile son entretien.
     

Plus d’informations sur le site web de Clothèque 

PLUS D'ACTUALITÉS

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin