Grégoire Petit, Country Manager Finlande chez NEOEN

Nous avons eu le plaisir d’échanger avec M. Grégoire Petit, Country Manager Finlande chez NEOEN. Merci d’avoir partagé votre expertise avec nous !

Le parc éolien Hedet a été inauguré en juillet à Närpiö, à l’ouest de la Finlande. Pourriez-vous nous décrire vos projets et vos réalisations en Finlande ?

L’implantation de NEOEN en Finlande est assez récente. En septembre 2018 nous avons lancé la construction de notre premier projet Hedet Windfarm à Övermark (Ylimarkku), à proximité de Vaasa. Le projet a été signé en février 2019, il est aujourd’hui en opération. Il a fait l’objet d’un PPA (Power Purchase Agreement), c’est-à-dire un contrat de vente à long terme d’énergie, avec Google.

Notre deuxième opération en Finlande est une batterie de 30 mégawatts-heures (MWh) à Lappeenranta. Elle est actuellement en construction. Nous sommes également en train de finaliser notre troisième projet qui sera une centrale éolienne de grande capacité à Mutkalampi et qui s’étendra sur trois municipalités : Kannus, Kalajoki et Kokkola.

Nous avons donc trois projets, chacun à des stades différents : en opération, en construction et en phase de développement. En parallèle, au cours des 18 derniers mois, nous avons fait un véritable effort pour lancer des développements greenfield, c’est à dire nos propres projets à partir de zéro. En effet, nos centrales éoliennes Hedet et Mutkalampi ont été acquises en cours de développement auprès d’un développeur installé en Finlande. Afin de permettre notre développement local, nous avons ouvert un bureau à Helsinki. Notre objectif en Finlande est de pérenniser notre installation et de développer plus de projets.

 Pour le génie civil, le génie électrique et corps d'état techniques, nous travaillons essentiellement avec des entreprises finlandaises. 

Quelles sont vos synergies et vos relations avec les divers acteurs en Finlande ?

Notre but est de développer des relations sur le long terme avec l'ensemble des acteurs du secteur de la production électrique. Cela commence par l'ensemble des opérateurs de réseau, que ce soit l'opérateur national des réseaux interurbains Fingrid ou des opérateurs locaux. Vis-à-vis des municipalités, nous avons toujours fait l'effort de contribuer au développement local, ce qui se traduit par notre association à certains évènements locaux. Nous nous soucions de toujours associer les parties prenantes : que ce soit les propriétaires des différents terrains que nous louons pour nos projets, mais aussi l'ensemble des parties prenantes et les autorités publiques.

En ce qui concerne les relations avec les entreprises du secteur en Finlande, nous retrouvons souvent les mêmes noms. Pour le génie civil, le génie électrique et corps d'état techniques, nous travaillons essentiellement avec des entreprises finlandaises. C'est donc toujours dans ce souci de faire partie de la communauté et de l'industrie locale que nous travaillons avec des entreprises de construction, d'ingénierie et conseillers techniques finlandais.

 

NEOEN a été fondé en 2008, il est aujourd'hui le premier producteur indépendant français d'énergies exclusivement renouvelables et présent dans 14 pays sur 4 continents. Comment expliquez-vous le succès de cette jeune entreprise ?

Ce succès est la conséquence du dynamisme de l'entreprise, du secteur, mais est également lié à la qualité des personnes recrutées par l'entreprise et à notre ambition de développer d'une façon forte et rapide. Le développement est également rendu possible grâce à la solidité de l'actionnariat de l'entreprise qui la soutient depuis 12 ans maintenant.

 

Malgré la période de crise actuelle, NEOEN a enregistré une importante hausse de son chiffre d'affaires. À votre avis, la crise a-t-elle augmenté la demande d'énergies renouvelables ? A-t-elle le potentiel d'accélérer la transition énergétique ?

Nous observons une prise de conscience forte des enjeux climatiques et un soutien de plus en plus fort de la part du monde politique, économique et même de la société civile sur l'importance de la transition énergétique. Cela est de nature à favoriser et encourager l'essor du développement des projets renouvelables. Un bon exemple pour illustrer ce phénomène est notre contrat de vente long terme avec Google, une entreprise ayant fait preuve d'un fort engagement sur ces thématiques.

 

Hedet Windfarm est l'un des premiers projets d'énergie éolienne en Finlande concrétisé sans aide publique. Comment NEOEN assure-t-il le financement et la rentabilité de ses projets ?

Le financement de ce projet a été réalisé grâce à un mix entre fonds propres et dette senior. Cette structuration de financement ressemble à d'autres projets que nous avons pu faire dans le passé. Les investisseurs et les banques sont prêts à prendre un risque sur des contrats de vente à long terme signés avec de grandes sociétés. Par conséquent, on voit l'industrie évoluer. Initialement des régimes de soutiens publics existaient pour encourager le développement des projets renouvelables, notamment éoliens en Finlande. Au fur et à mesure que la demande des entreprises augmente, ces mécanismes de soutien s'estompent.

 

En Finlande vous travaillez avant tout sur des projets éoliens, avez-vous prévu des projets autour de la production d'énergie solaire ?

Il est vrai que dans le portefeuille mondial de Neoen, les projets solaires sont majoritaires par rapport aux projets éoliens (environ 2/3 de solaire pour 1/3 d'éolien). La baisse continue des coûts des équipements photovoltaïques rend plus attractifs les projets dans les zones où l'irradiation est plus faible. Aujourd'hui nous voyons de plus en plus de projets solaires être développés dans les pays nordiques. Nous analysons effectivement cette opportunité, même s'il est encore un peu trop tôt pour dire si cela va se concrétiser.

 

Comment voyez-vous le futur du secteur des énergies renouvelables ?

Les perspectives offertes par notre secteur me semblent fortes dans la mesure où la demande y est extrêmement soutenue en raison de l'électrification de nombreux d'usages et de la volonté de décarboner certaines activités industrielles. Le monde politique et la sphère économique sont alignés pour soutenir le développement de nouveaux projets renouvelables et je suis donc optimiste sur l'avenir des énergies renouvelables éoliennes, photovoltaïques et du stockage.

Par ailleurs, nous trouvons des réponses aux limites techniques liées à l'aspect intermittent des énergies renouvelables. Le projet de stockage d'énergie qui est actuellement en construction par NEOEN à Lappeenranta est extrêmement innovant et illustre bien les solutions techniques que nous mettons en œuvre pour stabiliser les réseaux afin d'accroitre la pénétration des énergies renouvelables.

NEOEN sera présent dès lors que de nouvelles opportunités se présenteront.

 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin